2013 Statement – French

Communiqué émis dans la foulée de la première conférence internationale sur le surdiagnostic (Preventing Overdiagnosis) en septembre 2013

Le surdiagnostic cause du tort à la population partout dans le monde et exacerbe le rationnement des services par le gaspillage de ressources limitées. (1) Plus de 320 scientifiques, médecins, stratèges et défenseurs des consommateurs provenant d’une trentaine de pays sur six continents ont assisté à la première conférence scientifique sur la prévention du surdiagnostic et autres problématiques sous-jacentes, telles que la surmédicalisation, la surdétection, l’obsession diagnostique et le surtraitement. (2) La conférence était organisée par une alliance formée d’un des journaux médicaux les plus réputés au monde, le British Medical Journal, d’une organisation américaine de défense des consommateurs renommée, Consumer Reports, ainsi que de The Dartmouth Institute et de Bond University d’Australie.

Plus de 150 présentateurs ont décortiqué la science du surdiagnostic et proposé divers moyens de contrer les effets néfastes d’une médecine envahissante, de façon sécuritaire et équitable, dans le respect des valeurs de la population. La conférence mise sur les efforts de diverses initiatives visant la réduction du surdiagnostic et du surtraitement telles que Less is more (3), Choosing Wisely (4), Selling Sickness (5) et Right Care Initiatives.(6)


La conférence a permis l’identification des priorités suivantes :

  • • Renforcer la science du surdiagnostic, développer un consensus sur les méthodes pour mesurer le problème et évaluer les stratégies visant à maximiser les bénéfices et minimiser les dommages.

  • • Développer et intégrer la formation sur le surdiagnostic dans les programmes de formation clinique des professionnels et des étudiants.

  • • Proposer des stratégies pour informer la population et les stratèges sur le problème et trouver des moyens de communication efficaces sur les pratiques contraires à l’intuition.

  • • Miser sur les efforts des systèmes de soins partout dans le monde visant à réduire le surdiagnostic et combattre les incitatifs pernicieux qui transforment inutilement les personnes en patients. Plus spécifiquement, modifier la façon dont les maladies sont définies, en minimisant les conflits d’intérêts professionnels et financiers au sein des panels d’experts et en évaluant rigoureusement les bénéfices et les dommages de l’élargissement de la définition des maladies.

 

Avis de non responsabilité : Ces remarques reflètent l’avis des participants et et ne peuvent être considérées comme représentatives de l’opinion de leurs employeurs ou des gouvernements.

Free translation by the Québec Medical Association.

(1) Illich I, Limits to Medicine. Marion Boyers. (reprint) 2000; Welch G, Schwartz L, Woloshin S. Overdiagnosed:Making People Sick in the Pursuit of Health. Boston:Beacon;2011; Brownlee S. Overtreated: why too much medicine is making us sicker and poorer. Bloomsbury; 2007; Moynihan R, Doust J, Henry D (2012) Preventing overdiagnosis: how to stop harming the healthy. BMJ 344: e3502; Berwick D, Hackbarth, A. Eliminating Waste in US Health Care. JAMA 2012;307(14):1513-1516

(2) www.preventingoverdiagnosis.net

(3) Grady D, Redberg R. Less is more: how less health care can result in better health. Arch Intern Med 2010;170:749-50.

(4) Choosing Wisely. US physician groups identify commonly used tests or procedures they say are often not necessary. Press release, 4 April 2012. http://choosingwisely.org/wp-content/uploads/2012/03/033012_Choosing-Wisely-National-Press-Rls-FINAL.pdf

(5) www.sellingsickness.com

(6) www.rightcaredeclaration.org